« Une terre étrangère interne [1] »

  Freud désignant ainsi le refoulé, nous indique qu’il existe, en chacun de nous, une terre étrangère qui donne sa substance à l’inconscient. Au cœur même de la langue du sujet confronté à un lapsus, à un acte manqué, à un impossible à dire, à son symptôme, à une pensée étrange, l’étranger surgit de façon contingente. […]