Supplément Manga Vol. 3.

Texte publié le 9 février 2021

Supplément Manga Vol. 3.

Texte publié le 9 février 2021

image_pdfimage_print

Supplément Manga Vol. 3.

Les culottes sont variées et ne se res­semblent pas ! De la culotte du bon roi Dagobert à la culotte trouée de la petite fille évo­quée par Jacques-Alain Miller[1], en pas­sant par ce que les gar­çons cherchent à voir sous les jupes des filles comme le chante joli­ment Alain Souchon[2]. Pour cha­cune, la ques­tion de la dupe­rie se pose de façon dif­fé­rente : posi­tion non-dupe du bon Saint Eloi, dupe de la vérité, dupe de ce qui est caché et à voir.

Rajou­tons à cette série la culotte de Bulma, per­son­nage fille de Dragon Ball Z apporté par Louis en séance d’or­tho­pho­nie. Barbara Veyri, ortho­pho­niste orien­tée par la psy­cha­na­lyse, fait le choix d’in­ter­ve­nir à par­tir de cette figu­rine. Cela aura un effet d’énonciation chez l’enfant qui, en nom­mant la cupi­dité jouis­sive du per­son­nage Tortue géniale, pourra se sépa­rer d’une jouis­sance qui le pre­nait au corps et bou­chait l’accès pour lui à un cer­tain savoir.

A.B.-A. et M.L.

La culotte de Bulma

Par Barbara Veyri

Louis, 8 ans, vient en ortho­pho­nie. Il amène avec lui une mul­ti­tude de figu­rines qu’il sort de ses poches, qu’il ins­talle sur le bureau et dont il accom­pagne les dépla­ce­ments et les mises en scène de bagarres de ponc­tua­tions bruyantes, de bruits de bouche et d’interjections en tout genre.  Je lui fais remar­quer : « tu changes sou­vent de voix ».

- « Oui, j’aime bien », laconique.

Première énon­cia­tion de Louis. Ma remarque adres­sée sur le trai­te­ment qu’il peut faire de l’objet voix a un effet d’apaisement et une conver­sa­tion peut s’engager à par­tir de ces figu­rines.  L’une d’elle attire mon atten­tion : une petite fille riant aux éclats, la jupe rele­vée et le buste pen­ché en avant.

« – C’est qui, elle ?

-  Bulma

Silence de ma part.

- Tu connais pas ?

- Raconte moi »

Louis est alors inta­ris­sable et me parle de cette jeune fille issue du manga Dragon Ball. Je lui dis mon admi­ra­tion devant toutes ses connais­sances et lui demande s’il pour­rait me por­ter les livres pour que nous puis­sions en par­ler. Louis y consent et vient avec les deux pre­miers tomes de ce manga. Je lui demande de me pré­sen­ter les per­son­nages et, si cela lui est pos­sible, de me faire par­ta­ger son savoir sur ce manga. Nous tour­nons les pages, « à l’envers », me pré­cise t il. Louis me pré­sente le héros, Sangoku : « au début il est nul, il connait rien à la vie ». Effectivement Sangoku vit en ermite et Bulma sera la pre­mière ren­contre qu’il fait. Bulma est une fille ; le petit héros, orphe­lin et venant d’une loin­taine pla­nète, ne sait pas ce qu’est une fille.

Louis me pré­sente Tortue géniale « c’est un per­vers pourri, il veut voir la culotte de Bulma ». Deuxième énon­cia­tion de Louis qui nomme ainsi la jouis­sance sup­po­sée mau­vaise. Dans la conti­nuité de cet échange, je lui pro­pose de lire : « on pour­rait choi­sir cha­cun un per­son­nage et si c’est com­pli­qué, je t’aide. » Je dis cela tran­quille­ment, comme qui dirait l’air de rien.

« – Moi je peux lire que les grosses lettres ». Louis pointe ainsi les inter­jec­tions, les ono­ma­to­pées qui ponc­tuent les dialogues.

Là où le mot est chargé de signi­fi­ca­tion, l’interjection et l’onomatopée, plus proches de ce qui consti­tue l’objet voix et la jouis­sance du corps, se font pas­se­relle pour que Louis consente à lais­ser une place à l’Autre du savoir. La place faite au manga per­met d’en­châs­ser l’a­gi­ta­tion dans le corps de Louis et d’o­pé­rer un dépla­ce­ment sur les dires qu’il m’a­dresse à pro­pos des per­son­nages de Dragon Ball.

C’est ainsi que vont s’amorcer pour ce gar­çon l’accès à la lec­ture et la pos­si­bi­lité de se sai­sir, à par­tir de ce manga, d’un savoir partageable.

[1] « Lettre claire comme le jour pour les vingt ans de la mort de Jacques Lacan », Jacques-Alain Miller, Lettres à l’opinion éclai­rée, Paris, Seuil, 2002, p. 52.

[2] Chanson d’Alain Souchon, « Sous les jupes des filles », Album C’est déjà ça, 1993.

image_pdfimage_print

Articles simi­laires

6e jour­née d’étude

Agenda

Pas d’é­vé­ne­ment actuel­le­ment programmé. 

Étude et recherche

Atelier d’é­tude 2020–2021

Zappeur

Zapresse